Le Procédé de Montage Fine Art

Le procédé de montage est composé de deux parties: le passe-partout et le montage lui-même.

Le passe-partout (contrecollé)

Un passe-partout est un encadrement en carton posé sur l’impression. Ce procédé a deux avantages principaux: l’archivage et l’esthétique:

  1. Les panneaux en verre et acrylique sont acides. Afin d’assurer la qualité d’archivage de l’impression, il est crucial d’éviter tout contact avec un matériau acide. C’est pour cela que placer un passe-partout, créer un espace protecteur entre l’impression et le panneau en verre (ou acrylique).
  2. La fenêtre du passe-partout aide à l’encadrement de l’impression en améliorant sa narrative.

Je n’utilise que des cartons notés Conservation pour toutes mes impressions. Ces cartons sont conformes aux règles de conservation (niveau 2) établis par le Fine Art Trade Guild.

Montage d’une impression

Le montage d’une impression consiste à placer un panneau en carton rigide sous l’oeuvre afin de la protéger des plis. Il y  a trois techniques pour monter une impression: Le montage à sec, les charnières en T et le montage suspendu.

  1. Le montage à sec d’une impression utilise un papier adhésif (au contact de la chaleur), pris en sandwich entre l’impression et le panneau de carton rigide. Les inconvénients inhérents à cette technique sont:
    • Le papier adhésif utilisé contient de l’acide et comme il est en contact direct avec l’impression, il va l’abîmer dans le temps.
    • L’autre problème de cette technique est son irréversibilité (l’impression ne peut pas être détachée du panneau en carton rigide).
  2. Les charnières en T peuvent être utilisées pour “scotcher” l’impression au panneau en carton rigide. Cette méthode protège la qualité d’archivage de l’impression uniquement si le ruban adhésif employé ne contient pas d’acide. Cependant, l’impression est toujours en contact avec la colle du ruban.
  3. Le montage suspendu d’une impression utilise des “coins à photo”. Ce sont des petites poches triangulaires qui sont collées au panneau en carton rigide dans lesquels les coins de l’impression se glissent. Non seulement les “coins à photo” peuvent être sans acide, mais ils permettent de retirer l’impression du panneau en carton rigide en toute sécurité. C’est la technique que j’emploie.

J’utilise uniquement des cartons rigides notés Conservation pour toutes mes impressions. Ces cartons sont conformes aux règles de conservation (niveau 2) établis par le Fine Art Trade Guild. Ma technique de montage et l’utilisation exclusive de papier beaux-arts 100% coton (qualité musée) ainsi que les encres d’archives à pigment d’Epson, garantissent la meilleure capacité d’archivage de mes impressions avec une durée de vie dépassant les 100 ans.